/ Nuances présente
CHRISTOPHE PANZANI (FR)
Saxophone, compositions

Album "Les âmes perdues" de duos piano-saxophone (Jazz&People) - nouvel opus en duo en 2018/19

Second album "Graft" du groupe THIEFS à paraître le 26 janvier 2018 (Jazz&People) 

Saxophoniste, clarinettiste, flûtiste, Christophe Panzani (né en 1975) est l’un des musiciens les plus sollicités de la scène française. Membre du Big Band de Carla Bley depuis 2002 (album « Appearing Nightly », ECM - 2009), il fait partie de nombreuses formations de jazz en France telles que le projet « Circles » d’Anne Paceo, le quintet hard bop de Florian Pellissier, le projet groove 117 Element, le groupe du jeune pianiste sur doué Gauthier Toux, etc. Véritable toucheà-tout musical, son ancrage dans le jazz ne l’a pas empêché d’avoir été actif en parallèle dans plusieurs groupes aux esthétiques variées, allant de la musique africaine (Ousmane Danedjo) ou orientale (Fayçal Salhi) à l’électro jazz et le hip-hop (ElectroDeluxe, Hocus Pocus, Gaël Faye, Milk Coffee & Sugar, Guts), etc.  Christophe Panzani est membre fondateur de trois groupes majeurs de l’underground parisien : The Drops, avec le guitariste italien Federico Casagrande (trois albums parus) ; Thiefs, projet jazz hip-hop qu’il codirige avec le contrebassiste américain Keith Witty, lauréat du French American Jazz Exchange en 2012, et 2016 ; et le nouveau collectif The Watershed. En 2015-16, il est artiste en résidence à la scène nationale de l’Arsenal à Metz où il a présenté son LARGE Ensemble qui associe son quintet de jazzmen avec Vincent Peirani et Pierre Perchaud au quintette à vent Arte Combo et au quatuor à cordes Voce, à la confluence du jazz et du classique. 

En 2016 est paru l’album « Les âmes perdues" (album CHOC Jazz Magazine, Elu Citizen Jazz...) sur le label Jazz&People, recueil de duos saxophone-piano avec 7 pianistes (Yonathan Avishaï, Tony Paeleman, Dan Tepfer…), enregistrés chez chacun des pianistes sur leur piano.

    

Projets
THIEFS
Jazz - Hip Hop

Nouvel album "Graft"/La Greffe - Sortie 26 janvier 2018 / Jazz&People

Soutenu par le French-American Jazz Exchange

CHRISTOPHE PANZANI - saxophone, électronique

KEITH WITTY - contrebasse, électronique

DAVID FRAZIER JR. - batterie acoustique & électronique

feat. AARON PARKS (piano, claviers), MIKE LADD, GAEL FAYE, GUILLERMO E. BROWN, GREY SANTIAGO, EDGAR SEKLOKA (voix)

Pour son second album, le trio franco-américain THIEFS signe une exploration musicale à travers les notions d'identité & de déracinement culturel nourrie par le jazz, le hip hop, l'électronique ou encore la musique expérimentale, déjà saluée outre-Atlantique par DownBeat Magazine. Avec les participations exceptionnelles du pianiste Aaron Parks (ECM), du poète et MC américain Mike Ladd, du rappeur Edgar Sekloka (aka Suga) et du romancier rappeur franco-rwandais Gaël Faye !

THIEFS — les voleurs, en anglais, avec une orthographe délibérément fautive — est un groupe qui échappe à la règle. Un trio dont le larcin principal pourrait être celui faire sauter les verrous entre les musiques et jouer les passeurs de sons, à la barbe des autorités et des polices esthétiques. Ce trio hors-la-loi des genres se plait à trafiquer ses grooves pour mieux passer les murailles musicales : des beats qui tournent pas tout à fait rond, comme le monde qui les inspire ; des sons transmutés, qui brouillent la limite entre acoustique et électronique ; du jazz bâtard qui s’hybride aux sons de la rue et aux beats de l’urbanité. Formé à l’origine par le saxophoniste français Christophe Panzani (Anne Paceo, Guts, Carla Bley...) et le contrebassiste américain Keith Witty (Anthony Braxton, Jonathan Finlayson, Somi...) avec le batteur Guillermo E. Brown, le groupe intègre désormais, après un premier album largement salué des deux côtés de l’Atlantique, le batteur David Frazier, Jr. (Gabriel Garzon Montano), féru de jazz et de hip-hop, et s’ouvre à une série de collaborations avec des artistes aussi variés que le pianiste Aaron Parks (ECM), le poète et MC américain Mike Ladd et le rappeur romancier à succès franco-rwandais Gaël Faye, entre autres. Leur nouvel album Graft (la Greffe) emprunte la métaphore de la greffe pour interroger les notions d’identité et d’origine au cœur de sociétés soumises à de complexes et innombrables mouvements migratoires. Il trouve son point de départ dans une résidence commencée à Metz (Arsenal/BAM) en 2015, sur les racines familiales de chacun et l’expérience d’être « déraciné » : Christophe est fils d’immigrés italiens ayant fui un pays dévasté, dont une partie de la famille a trouvé refuge aux États-Unis, Keith est issu de la diaspora juive et chaque membre du groupe est marqué dans son histoire familiale par les mouvements migratoires.  L’image de la greffe botanique — qui repose sur le fait d’implanter un corps étranger dans une plante pour obtenir de nouvelles fleurs ou de nouveaux fruits — condense le paradoxe d’une violence bénéfique, d’un mariage forcé qui s’avère vertueux. L’hôte (le porte-greffe) et l’invité (le greffon) finissent par ne plus faire qu’un corps, et l’entaille initiale se cicatrise pour donner naissance à un élément nouveau, vigoureux, inattendu, créatif, parfois, inédit. De l’exil à l’implantation, du déracinement à la reconstruction de soi sur un sol différent, en passant par la peur, la douleur des séparation, la nostalgie et l’espoir, THIEFS décline dans Graft (La Greffe) une série de titres chocs, qui font claquer les langues et creusent le groove, les contre-effets positifs de ces destinées déplacées, chamboulées, recomposées. Affirmant la primauté et l’universalité de l’humain — multiple et unique — le groupe développe une musique de synthèse à cet image, hybride de multiples genres, défiant les frontières du jazz, du hip-hop, de l’électronique ou de l’avant-garde, par leur inventivité rythmique, leurs capacités d’improvisation, et leurs sciences des loops, preuve s’il en fallait que lorsque les greffes prennent, le résultat est bien plus puissant que la simple addition des deux parties.

Extraits
Extraits
I Live in Fear - Nouvel album
5:08
Fields - Nouvel album
4:39
Anthro - Nouvel album
4:44
VIDEOS
THIEFS - I live in fear (Teaser) feat. Mike Ladd & Gaël Faye
THIEFS - I live in fear (Teaser) feat. Mike Ladd & Gaël Faye
PRESSE
CHOC Jazz Magazine Février 2018
Ce trio de contrebandiers post-modernes mêle le meilleur des cultures jazz et hip-hop.
Fred Goaty
PRESSE
Télérama - 3 clés
Plus qu’un exercice de fusion entre jazz et hip-hop, leur album commun s’apparente à un geste poétique et politique dont le slogan pourrait se résumer à celui lancé dans Beat one : « L’identité est un mouvement. »...
Louis-Julien Nicolaou
PRESSE
Downbeat Magazine
THIEFS is an inherently cosmopolitan project.
Joe Tangari
Concerts
Les âmes perdues
Jazz

CHRISTOPHE PANZANI saxophone ténor, compositions et prise de son 

YONATHAN AVISHAI  /  EDOUARD FERLET  /  LAIA GENC  /  LEONARDO MONTANA  /  TONY PAELEMAN  / GUILLAUME PONCELET  /  DAN TEPFER piano 

Sept rencontres : Que font deux jazzmen quand ils se retrouvent ? Ils jouent. Le public a rarement accès à ces instants hors scène, qui constituent pourtant l’ordinaire des musiciens. Pour son tout premier disque en leader, Christophe Panzani a voulu ouvrir une fenêtre sur ces moments partagés, où la musique se fait, dans l’instant de la rencontre, sans pression, sans arrière-pensée. « A la différence des architectes ou des photographes, dont les œuvres sont visibles et durables, nous musiciens passons notre temps à jeter des trucs dans le vide. Les notes disparaissent aussitôt qu’on les a jouées. » Armé de son saxophone et de ses micros, le musicien a donc entrepris de se rendre au domicile de sept pianistes dont il avait croisé la route, parfois ponctuellement, parfois plus régulièrement, et d’enregistrer lui-même leur échange , avant qu’il ne s’évanouisse une fois encore et retourne au silence. Sept duos, autant de lieux différents, un peu partout en France, et jusqu’en Allemagne, pour immortaliser autant de compositions, inspirées par ses lectures et par des mythes antiques qui peuvent s’envisager comme des métaphores de la vie d’artiste.  Une déambulation, faite de trajets et d’échanges, une quête de soi et de l'autre par la musique.  Un road-album intime et sensible, en forme d’autoportrait, mélancolique et envoûtant :  Les Âmes perdues.

EXTRAITS
EXTRAITS
Endless Wars - Avec Leonardo Montana
5:52
Le Jardin aux sentiers qui bifurquent - Avec Dan Tepfer
6:57
Etrangement calme - Avec Tony Paeleman
5:34
VIDEOS
Les Ames perdues - Trailer
Etrangement calme– Duo avec Tony Paeleman
Endless Wars– Duo avec Leonardo Montana
Les Ames perdues - Trailer
Etrangement calme– Duo avec Tony Paeleman
Endless Wars– Duo avec Leonardo Montana
PRESSE
CHOC Jazz Magazine
"Un saxophone tout en finesse et subtilité, ensuite, où la complexité s'efface derrière le sens mélodique"
Pascal Rozat
Concerts